Boutique

La loi du rêveur

17,00

4e de couverture :

«L’ampoule du projecteur a explosé en plein Fellini. Minne et moi regardions Amarcord du fond de notre lit. ¿ Ah ! Non ! Merde ! J’ai flanqué une chaise sur une table et je suis monté à l’assaut pour changer l’ampoule carbonisée. Explosion sourde, la maison s’est éteinte, je me suis cassé la figure avec mon échafaudage et ne me suis pas relevé. Ma femme m’a vu mort au pied du lit conjugal. De mon côté je revivais ma vie. Il paraît que c’est fréquent. Mais elle ne se déroulait pas exactement comme je l’avais vécue.» Daniel Pennac.

Notes Biographiques :

Daniel Pennac, de son vrai nom Daniel Pennacchioni, est né le 1er décembre 1944 à Casablanca, au Maroc. Il est le quatrième et dernier d’une tribu de garçons. Son père est militaire. La famille le suit dans ses déplacements à l’étranger -Afrique, Asie, Europe- et en France, notamment dans le village de La Colle-sur-Loup, dans les Alpes-Maritimes. Quand il évoque son père, il l’assimile à la lecture : «Pour moi, le plaisir de la lecture est lié au rideau de fumée dont mon père s’entourait pour lire ses livres. Et il n’attendait qu’une chose, c’est qu’on vienne autour de lui, qu’on s’installe et qu’on lise avec lui, et c’est ce que nous faisions.» Daniel passe une partie de sa scolarité en internat, ne rentrant chez lui qu’en fin de trimestre. De ses années d’école il raconte : «Moi, j’étais un mauvais élève, persuadé que je n’aurais jamais le bac.» Toutefois, grâce à ses années d’internat, il a pris goût à la lecture. On n’y permettait pas aux enfants de lire, comme il l’évoque dans “Comme un roman” : « En sorte que lire était alors un acte subversif. À la découverte du roman s’ajoutait l’excitation de la désobéissance…».Ses études de lettres le mènent à l’enseignement, de 1969 à 1995, en collège puis en lycée, à Soissons et à Paris. Son premier livre, écrit en 1973 après son service militaire, est un pamphlet qui s’attaque aux grands mythes constituant l’essentiel du service national : l’égalité, la virilité, la maturité. Il devient alors Daniel Pennac, changeant son nom pour ne pas porter préjudice à son père.En 1979, Daniel Pennac fait un séjour de deux ans au Brésil, qui sera la source d’un roman publié vingt-trois ans plus tard : “Le Dictateur et le hamac”.Dans la Série Noire, il publie en 1985, “Au bonheur des ogres”, premier volet de la saga de la tribu des Malaussène (dont on retrouvera le «petit» dans “Kamo. L’idée du siècle”).Daniel Pennac continue sa tétralogie avec “La Fée Carabine” puis “La petite marchande de prose” et “Monsieur Malaussène” (il y a ajouté depuis “Aux fruits de la passion”). Il diversifie son public avec une autre tétralogie pour les enfants, mettant en scène des héros proches de l’univers enfantin, préoccupé par l’école et l’amitié : “Kamo, l’agence Babel”, “Kamo et moi”, “L’évasion de Kamo” et “Kamo, l’idée du siècle”. Ces romans sont-ils le fruit de souvenirs personnels ? «Kamo, c’est l’école métamorphosée en rêve d’école, ou en école de rêve, au choix.»À ces fictions s’ajoutent d’autres types d’ouvrages : un essai sur la lecture, “Comme un roman”, deux ouvrages en collaboration avec le photographe Robert Doisneau et “La débauche”, une bande dessinée, avec Jacques Tardi.Il a mis fin en 1995 à son métier d’enseignant pour se consacrer entièrement à la littérature. Toutefois, il continue d’avoir un contact avec les élèves en se rendant régulièrement dans les classes.

2 en stock

UGS : 9782072879388 Catégorie :

La loi du rêveur

Format:  Grand Format

Auteur(s):   Daniel Pennac

Description

4e de couverture :

«L’ampoule du projecteur a explosé en plein Fellini. Minne et moi regardions Amarcord du fond de notre lit. ¿ Ah ! Non ! Merde ! J’ai flanqué une chaise sur une table et je suis monté à l’assaut pour changer l’ampoule carbonisée. Explosion sourde, la maison s’est éteinte, je me suis cassé la figure avec mon échafaudage et ne me suis pas relevé. Ma femme m’a vu mort au pied du lit conjugal. De mon côté je revivais ma vie. Il paraît que c’est fréquent. Mais elle ne se déroulait pas exactement comme je l’avais vécue.» Daniel Pennac.

Notes Biographiques :

Daniel Pennac, de son vrai nom Daniel Pennacchioni, est né le 1er décembre 1944 à Casablanca, au Maroc. Il est le quatrième et dernier d’une tribu de garçons. Son père est militaire. La famille le suit dans ses déplacements à l’étranger -Afrique, Asie, Europe- et en France, notamment dans le village de La Colle-sur-Loup, dans les Alpes-Maritimes. Quand il évoque son père, il l’assimile à la lecture : «Pour moi, le plaisir de la lecture est lié au rideau de fumée dont mon père s’entourait pour lire ses livres. Et il n’attendait qu’une chose, c’est qu’on vienne autour de lui, qu’on s’installe et qu’on lise avec lui, et c’est ce que nous faisions.» Daniel passe une partie de sa scolarité en internat, ne rentrant chez lui qu’en fin de trimestre. De ses années d’école il raconte : «Moi, j’étais un mauvais élève, persuadé que je n’aurais jamais le bac.» Toutefois, grâce à ses années d’internat, il a pris goût à la lecture. On n’y permettait pas aux enfants de lire, comme il l’évoque dans “Comme un roman” : « En sorte que lire était alors un acte subversif. À la découverte du roman s’ajoutait l’excitation de la désobéissance…».Ses études de lettres le mènent à l’enseignement, de 1969 à 1995, en collège puis en lycée, à Soissons et à Paris. Son premier livre, écrit en 1973 après son service militaire, est un pamphlet qui s’attaque aux grands mythes constituant l’essentiel du service national : l’égalité, la virilité, la maturité. Il devient alors Daniel Pennac, changeant son nom pour ne pas porter préjudice à son père.En 1979, Daniel Pennac fait un séjour de deux ans au Brésil, qui sera la source d’un roman publié vingt-trois ans plus tard : “Le Dictateur et le hamac”.Dans la Série Noire, il publie en 1985, “Au bonheur des ogres”, premier volet de la saga de la tribu des Malaussène (dont on retrouvera le «petit» dans “Kamo. L’idée du siècle”).Daniel Pennac continue sa tétralogie avec “La Fée Carabine” puis “La petite marchande de prose” et “Monsieur Malaussène” (il y a ajouté depuis “Aux fruits de la passion”). Il diversifie son public avec une autre tétralogie pour les enfants, mettant en scène des héros proches de l’univers enfantin, préoccupé par l’école et l’amitié : “Kamo, l’agence Babel”, “Kamo et moi”, “L’évasion de Kamo” et “Kamo, l’idée du siècle”. Ces romans sont-ils le fruit de souvenirs personnels ? «Kamo, c’est l’école métamorphosée en rêve d’école, ou en école de rêve, au choix.»À ces fictions s’ajoutent d’autres types d’ouvrages : un essai sur la lecture, “Comme un roman”, deux ouvrages en collaboration avec le photographe Robert Doisneau et “La débauche”, une bande dessinée, avec Jacques Tardi.Il a mis fin en 1995 à son métier d’enseignant pour se consacrer entièrement à la littérature. Toutefois, il continue d’avoir un contact avec les élèves en se rendant régulièrement dans les classes.

Détails

Collection – Blanche

Éditeur – Gallimard

Format – Grand Format

Présentation – Grand Format

ISBN

Date de parution – 03/01/2020

Nombre de pages – pages

Poids – 0.22 Kg grammes

Dimmensions – 14,0 cm × 20,5 cm × 1,5 cm

EAN – 9782072879388

Poids0.22 kg

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La loi du rêveur”