Dans cette lettre de juillet 1836, George Sand confie ses pensées et ses impressions ...">

Boutique

L’Arcadie en Berry

25,00

Dans cette lettre de juillet 1836, George Sand confie ses pensées et ses impressions à Marie d’Agoult, comtesse et femme de lettres avec qui elle eut une relation parfois amicale et souvent conflictuelle. Elle laisse libre cours à son imagination dans une rêverie inspirée par un contact fusionnel avec la nature. La lettre est accompagnée d’une illustration imprimée sur papier d’art.
L’Arcadie en Berry

Correspondance 1812-1876, Tome 2 (1883)

« Vous n’avez pas d’idée de tous les rêves que je fais dans mes courses au soleil. Je me figure être aux beaux jours de la Grèce. Dans cet heureux pays que j’habite, on fait souvent deux lieues sans rencontrer une face humaine. Les troupeaux restent seuls dans les pâturages bien clos de haies magnifiques. L’illusion peut donc durer longtemps. C’est un de mes grands amusements, quand je me promène un peu au loin dans des sentiers que je ne connais pas, de m’imaginer que je parcours un autre pays avec lequel je trouve de l’analogie. »

Dans cette lettre de juillet 1836, George Sand confie ses pensées et impressions à Marie d’Agoult, comtesse et femme de lettres, qui vit alors à Genève une passion scandaleuse avec Franz Liszt, peu avant de les rejoindre pour une excursion dans les Alpes. Les deux femmes entretiennent des relations parfois amicales, mais souvent conflictuelles. George Sand, Marie d’Agoult et Franz Liszt inspireront d’ailleurs à Balzac les personnages de l’un de ses romans, Béatrix (1839). Dans cette lettre, George Sand laisse libre cours à son imagination, dans une rêverie inspirée par un contact direct et fusionneI avec la nature…

2 en stock

UGS : 9791096554911

L’Arcadie en Berry

Format:  Pochette

Auteur(s):  George Sand

Description

Dans cette lettre de juillet 1836, George Sand confie ses pensées et ses impressions à Marie d’Agoult, comtesse et femme de lettres avec qui elle eut une relation parfois amicale et souvent conflictuelle. Elle laisse libre cours à son imagination dans une rêverie inspirée par un contact fusionnel avec la nature. La lettre est accompagnée d’une illustration imprimée sur papier d’art.
L’Arcadie en Berry

Correspondance 1812-1876, Tome 2 (1883)

« Vous n’avez pas d’idée de tous les rêves que je fais dans mes courses au soleil. Je me figure être aux beaux jours de la Grèce. Dans cet heureux pays que j’habite, on fait souvent deux lieues sans rencontrer une face humaine. Les troupeaux restent seuls dans les pâturages bien clos de haies magnifiques. L’illusion peut donc durer longtemps. C’est un de mes grands amusements, quand je me promène un peu au loin dans des sentiers que je ne connais pas, de m’imaginer que je parcours un autre pays avec lequel je trouve de l’analogie. »

Dans cette lettre de juillet 1836, George Sand confie ses pensées et impressions à Marie d’Agoult, comtesse et femme de lettres, qui vit alors à Genève une passion scandaleuse avec Franz Liszt, peu avant de les rejoindre pour une excursion dans les Alpes. Les deux femmes entretiennent des relations parfois amicales, mais souvent conflictuelles. George Sand, Marie d’Agoult et Franz Liszt inspireront d’ailleurs à Balzac les personnages de l’un de ses romans, Béatrix (1839). Dans cette lettre, George Sand laisse libre cours à son imagination, dans une rêverie inspirée par un contact direct et fusionneI avec la nature…

Détails

Collection – Editions illustrées

Éditeur – Reliefs éditions

Format – Pochette

Présentation – Pochette

ISBN

Date de parution – 07/11/2019

Nombre de pages – pages

Poids – 230 grammes

Dimmensions – 32cm X 42cm

EAN – 9791096554911

Poids230 kg

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’Arcadie en Berry”