Boutique

Les diaboliques

4,60

” Dieu, le créateur de toutes les réalités, n’en défend aucune à l’artiste, pourvu que l’artiste n’en fasse pas un instrument de perdition. ” Se référant à la scène sublime qui ouvre Richard III de Shakespeare, Barbey d’Aurevilly se permettra tout dans ses récits de passion et de haine. Le comte de Ravila aimait l’amour, Albertine et Hauteclaire aussi ; la comtesse de Savigny et le duc de Sierra Leone, eux préférèrent l’honneur. Ses diables de femmes semblent échappées d’une toile de Delacroix. Le feu de l’enfer brûle ces pages mais c’est pour mieux ” épouvanter les âmes pures “, clame l’auteur, le jour de son procès. ” Ou il faut renoncer à peindre le cœur humain, ou il faut le peindre tel qu’il est. ”

Préface, commentaires et notes de Jean Decottignies.

1 en stock

UGS : 9782253036548 Catégorie :

Les diaboliques

Format:  Broché

Auteur(s):  Jules Barbey d’Aurevilly

Description

” Dieu, le créateur de toutes les réalités, n’en défend aucune à l’artiste, pourvu que l’artiste n’en fasse pas un instrument de perdition. ” Se référant à la scène sublime qui ouvre Richard III de Shakespeare, Barbey d’Aurevilly se permettra tout dans ses récits de passion et de haine. Le comte de Ravila aimait l’amour, Albertine et Hauteclaire aussi ; la comtesse de Savigny et le duc de Sierra Leone, eux préférèrent l’honneur. Ses diables de femmes semblent échappées d’une toile de Delacroix. Le feu de l’enfer brûle ces pages mais c’est pour mieux ” épouvanter les âmes pures “, clame l’auteur, le jour de son procès. ” Ou il faut renoncer à peindre le cœur humain, ou il faut le peindre tel qu’il est. ”

Préface, commentaires et notes de Jean Decottignies.

Détails

Collection – Le Livre de Poche

Éditeur – Le Livre de poche

Format – Broché

Présentation – Broché

ISBN

Date de parution – 24 avril 1985

Nombre de pages – pages

Poids – 300 grammes

Dimmensions – 18,00 cm x 11,00 cm

EAN – 9782253036548

Poids300 kg

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les diaboliques”